Services industriels

Qualité et distribution de l'eau - Rapports d'analyse

. Rapport du 25.07.18

. Rapport du 25.07.18

Source des Lizettes

La Suisse a le privilège de disposer d’abondantes ressources en eau, constamment renouvelées par les précipitations météorologiques. L’eau de source représente près de 42% du volume total d’eau potable, (près de 1,1 milliard de mètres cubes par année). Les nappes phréatiques fournissent elles aussi 42% du volume d’eau potable. L’eau de lac couvre les 16% restants. La commune de Roche bénéficie d’une abondante ressource en eau grâce à sa source dénommée « source des Lizettes ». 

Le flanc rocheux des crêtes dominant le village tombe pratiquement à pic dans l’Eau Froide. Entre le pont des Lizettes et la partie complètement endiguée de la rivière, sur une distance d’environ 200m, en rive droite, émergeant directement du rocher calcaire (Malm), au niveau de la plaine, des sources à caractère nettement vauclusien (vauclusien = résurgence des eaux d’infiltration).

C’est dans ce site sourcier que la commune de Roche a prélevé son eau d’alimentation dès l’organisation de la distribution.

Surface dans périmètre rouge = bassin d’alimentation

 

Rond bleu = captage (site sourcier)

Le débit disponible à la source communale des Lizettes est de 8’ooo l/min, alors que le débit maximum de la zone sourcière des Lizettes est de l’ordre de 30'000 l/min. A cette imposante production correspond une étendue des zones de protection des eaux souterraines de plusieurs kilomètres carrés en remontant depuis la plaine du Rhône jusqu’à la place de tir de l’Hongrin. En raison de la roche karstique la variabilité de la qualité de l’eau de la source est importante et fortement liée au régime de précipitations, un traitement complet est nécessaire pour garantir une qualité d’eau potable, au sens des dispositions de la législation fédérale sur les denrées alimentaires actuelles. L’inspecteur cantonal des eaux demande la mise en place de ces équipements depuis de nombreuses années. 

 

Nouvelle station de traitement des Lizettes

La nouvelle station de traitement, construite en 2017 sur la parcelle communale 313, jouxte celle où se trouvent les captages. De forme rectangulaire, l’ouvrage est en béton armé entièrement remblayé sauf la face sud, où ont été aménagés les accès.

 
 

Ultrafiltration

Traitement par membranes 

Les diverses techniques membranaires (microfiltration, nanofiltration et osmose inverse)

permettent de séparer les constituants d’un fluide sur la base de leur taille, à l’aide d’une barrière physique, la membrane.

Les membranes jouent un rôle capital dans beaucoup de processus d’échange de matières dans la nature, par exemple les échanges de cellules vivantes, ou lors de l’absorption d’eau par les plantes. Elles sont la formidable propriété de laisser passer certaines matières, le plus souvent liquides, et de former une barrière infranchissable pour d’autres.

De façon générale, une membrane est un film fin d’un matériau capable de séparer les composants d’un fluide, sur la base de leur taille, lorsqu’une pression est appliquée en amont de la membrane. Dans le cas de l’ultrafiltration, la taille des pores et d’environ 0,02 µm, moins qu’un virus, une bactérie ou une particule fine.

Pour comparaison, un cheveu humain a une dimension de 50 µm   (1 µm = 1 micron = 0,001 millimètre).

Les sels minéraux contenus dans l’eau ne sont pas retenus par la membrane puisque dissous dans l’eau.

Toutes les qualités chimiques de l’eau sont donc maintenues.

Modules

Les modules d’ultrafiltration de nouvelle génération contiennent plus de 16'000 fibres creuses, de 1,5 m. de long, alignées en parallèle dans un carter en PVC de 22 cm de diamètre et entourant le tube collecteur au centre du module. Ces modules sont conçus

de telle manière que la filtration s’effectue de l’intérieur de la fibre vers l’extérieur. L’eau brute est injectée dans les fibres creuses par les deux extrémités du module. Le filtrat s’écoule vers le centre et s’échappe par le tube collecteur.